[Interview] Community manager au quotidien

Alexandra Tempere community manager au quotidien portrait et interview

Être un community manager, c’est créer et gérer des communautés d’internautes autour d’une entreprise, d’une marque ou encore d’un média.
Mais concrètement, ça veut dire quoi ? Qui se cache derrière ces « animateurs de communauté » ? À quoi ressemble leur quotidien ?
Réponse avec Alexandra Tempère, Social Média Manager indépendante.

Alexandra Tempere community manager au quotidien portrait et interview

Alexandra, tu es animatrice de communauté depuis 10 ans. Concrètement, tu fais quoi?

Mon métier c’est de créer un lien fort entre une marque et ses communautés en ligne : créer du contenu, répondre aux interpellations, parler avec les internautes, mais pas uniquement ! Une grosse partie du métier est tournée vers l’interne, chez mes clients : leur expliquer ce que disent les internautes et pourquoi, les amener à entrer en conversation sur des sujets et pas sur d’autres, et surtout leur rappeler les bases des conversations en ligne, basées sur une spontanéité « préparée ».

À quoi ressemble ta vie quotidienne ? Tu travailles au bureau, à la maison, dans les transports?

Je travaille dans un espace de co-working, dans un lieu chouette pas loin de mon domicile, qui me permet d’aller au boulot à pied. C’est un vrai luxe à Paris, et un des avantages d’être indépendant.
En revanche, comme je travaille pour plusieurs clients, je me dois d’être organisée. Mes journées sont bien remplies : je commence à travailler le matin vers 8h30, et je termine vers 21h car les communautés que j’anime sont très actives le soir.
J’ai quand même des moments de respiration : le midi, où je prends toujours une pause de 30 minutes déconnectée, et le fameux créneau 18h – 20h que les parents connaissent bien !

Se déconnecter quand on est community manager, c’est donc possible ?

Il faut être clair : même en dehors des périodes de boulot, je suis toujours collée à un écran ! J’ai une approche sociologique : je ne me lasse jamais de ce je lis, des prises de parole des internautes.
Mon entourage sait mettre le holà quand c’est nécessaire, et je m’impose des « règles sociales » : je ne regarde pas les réseaux sociaux quand je suis au restaurant, avec des amis, ou en famille. La politesse de base en somme.
Bon j’avoue, c’est parfois difficile à tenir… Malgré tout je me considère comme une passionnée, pas comme une accro !

Justement, est-ce qu’il te reste suffisamment de temps à consacrer à ta famille ? Tu arrives à partir en weekend ? En vacances ?

Depuis que j’ai des enfants, je ne travaille plus le week-end, et je m’offre 4 semaines de vacances complètement déconnectées par an. Quand on est indépendant, partir en vacances, c’est ne plus entrer de revenus et devoir se faire remplacer, ça a un vrai coût. Mais c’est primordial selon moi pour tenir sur le long terme. Et continuer à adorer son métier.
Évidemment tout cela vole en éclats en période de crise. Mais elles sont relativement rares, quand justement on est organisé et qu’on a bien préparé le cadre en amont.

Et c’est quoi le secret alors pour tout concilier ?

Aimer ce qu’on fait.
Je m’amuse beaucoup dans mon métier, c’est essentiel !
Et aussi être organisé et outillé pour avoir une vision sur le long terme. Ça permet justement de se prévoir des moments de respiration, une journée off… et des formations pour transmettre.

 

[CFPJmasterclass]

Cet article a été rédigé par Noémie Roche dans le cadre du module 3 de la formation certifiante « Community Manager ». Il s’intègre dans la série [CFPJmasterclass].

Partagez cet article et suivez Noémie Roche sur Twitter !