Les fonctions de base du métier d’informer sont atteintes au cœur

Journalisme

« Manque de compétence, de technicité, de moyens, de culture générale et donc d’indépendance d’esprit : l’équation négative met à mal la crédibilité de la profession.

La révolution digitale transforme radicalement au quotidien le travail des équipes de journalistes.

Annoncer la nouvelle n’est plus l’apanage des journalistes. Tout un chacun, muni de son portable, est désormais en mesure de diffuser une nouvelle, et les amateurs ne se privent pas sur les réseaux sociaux de griller la politesse aux professionnels. »

“Les journalistes doivent admettre qu’ils ne sont plus les seuls producteurs de contenus. Et donc savoir intégrer d’autres apports au-delà de leur propre rédaction, comme on l’a vu par exemple avec les Panama papers” estime Thierry Guilbert, directeur du Pôle Médias du CFPJ (Centre de formation et de perfectionnement des journalistes).

Accéder à l’intégralité de l’article sur LenouvelEconomiste.fr rédigé par Philippe Plassart

Les formations du CFPJ c’est par ici : Les réseaux sociaux pour les journalistes, en contexte hostile